Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !

Docteur en hydrobiologie et ichtyologie, issue de l’université de Metz, Anne Flesch a créé Pedon Environnement et Milieux Aquatiques afin d’apporter expertise, conseil et formation aux maîtres d’ouvrage publics et privés. L’équipe qu’elle a constituée est composée de spécialistes, experts dans leurs domaines de compétences, qu’il s’agisse d’étudier l’impact de projets d’infrastructures sur la faune aquatique, de réaliser des diagnostics piscicoles ou de la gestion de l’eau.

Pourquoi avoir fait appel à Ardan ? Quels sont les atouts du dispositif ? Quels résultats avez-vous enregistré à l’issue de l’intervention d’Ardan ? 

« En tant que chef d’entreprise de TPE, recourir au dispositif Ardan constitue une formidable opportunité pour créer de l’emploi, grâce aux aides financières extrêmement précieuses qui l’accompagnent.

Ces aides sont de trois ordres. D’abord, un allègement de charge pendant les six mois où le pilote du « projet dormant » travaille au sein de l’entreprise, ce qui constitue un bon tremplin pour la future embauche à l’issue de cette période. Ensuite, la formation suivie par le pilote pendant six ces mois bénéfice non seulement au candidat, qui acquiert de nouvelles compétences, mais aussi à l’entreprise, qui enrichit ses savoir-faire sur des aspects que le dirigeant n’a pas toujours le temps de développer, notamment en termes de marketing et management. Enfin, le chèque-formation, mis à disposition du candidat pour des formations supplémentaires dans le cadre d’une embauche, est lui aussi très apprécié, et précieux.

Depuis le démarrage de mon activité, il y a plus de 20 ans, j’ai déjà fait appel deux fois au dispositif Ardan pour initier de nouveaux projets, et permettre à mon entreprise de se développer. À chaque fois, il s’est avéré parfaitement adapté, puisque les deux personnes choisies dans ce cadre ont été embauchées en CDI, puis sont devenues responsables d’antennes, l’une dans le Sud Ouest et l’autre en Ile de France. C’est donc tout naturellement qu’aujourd’hui je vais recourir une troisième fois au dispositif Ardan. Il s’agit pour l’entreprise d’approfondir les compétences et études du compartiment « macro-invertébrés », que nous avons commencé à développer à Metz depuis deux ans. »

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Facebook
Twitter
LinkedIn