Votre navigateur ne supporte pas JavaScript !

Cette campagne cible les acteurs nationaux et locaux du développement économique, de l’emploi et de la formation professionnelle en vue de diffuser le modèle ARDAN, accélérateur de valeur ajoutée et d’emploi, au cœur des territoires.
Le dispositif ARDAN est une forme innovante de réponse aux enjeux du Plan gouvernemental d’investissement dans les compétences (PIC), dont l’un des principaux axes est de former d’ici 2022 un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi de longue durée faiblement qualifiés.

ARDAN permet de concrétiser un projet « dormant » d’une TPE/PME-PMI , en en confiant le pilotage à un demandeur d’emploi, dans le cadre d’un parcours de formation-développement d’une durée de six mois. ARDAN est un vecteur de capitalisation d’expérience professionnelle grâce à cette immersion dynamique et guidée qui apporte aux demandeurs d’emploi, stagiaires de la formation professionnelle, des méthodes de travail éprouvées, l’ensemble étant validé par un titre reconnu.
Un regard neuf doit être porté sur les politiques de l’emploi, mais également de la formation professionnelle, et du développement des compétences.

Un changement de paradigme s’avère indispensable : c’est l’activité qui crée l’emploi, c’est l’insertion qui crée l’employabilité.
• Le développement des activités et donc de l’emploi doit devenir un des indicateurs d’évaluation de l’action des principaux responsables des territoires, y compris publics.
• La transversalité des politiques publiques et la coopération entre les acteurs socio-économiques sont des conditions du développement de l’activité,
• La vigueur entrepreneuriale et l’envie d’entreprendre sont très fortes dans notre pays. L’esprit d’entreprise ne concerne pas que les activités économiques et la création d’entreprise. La volonté d’entreprendre sa vie, les valeurs de confiance, cocréation, autonomie, créativité sont des aspirations fortes qui modifient le rapport au travail et la façon d’envisager le salariat.

Le dispositif ARDAN répond de façon pertinente au double constat suivant :
1 Dans l’ensemble des demandeurs d’emploi, il en existe un nombre significatif qui disposent d’une compétence « transversale » essentielle, la volonté et l’énergie de créer, pour simplifier, le sens de l’entreprenariat, un profil de « collaborateur entreprenant » potentiel.
Cette caractéristique n’est pas distinguée par un diplôme, et pas d’emblée repérée par les conseillers professionnels et les conseillers d’orientation. Pourtant elle peut concerner des personnes de tous niveaux et d’expérience variée, y compris les jeunes sans qualification reconnue et même les seniors et chômeurs de longue durée.
En un mot, c’est de la compétence et de la motivation qui ne demande qu’à s’investir dans un projet, mais ils n’ont pas forcément les moyens de créer leur propre entreprise.

2 Il existe de très nombreux chefs d’entreprise (essentiellement de PME/TPE), qui ont en tête un « projet dormant » susceptible de développer une nouvelle activité et de créer de la valeur au sein de leur entreprise. Malheureusement, leur projet reste souvent au niveau du souhait, et ce, pour plusieurs bonnes raisons : ils n’ont pas le temps de s’investir pleinement dans le portage du projet et ils n’ont pas auprès d’eux le collaborateur de confiance disponible pour ce faire. En outre leur idée n’en est pas encore au stade où sa viabilité serait suffisamment démontrée pour embaucher directement un nouveau collaborateur, et le risque n’est pas maitrisé.
En un mot, il y a d’énormes potentiels de croissance dans les PME/TPE de notre pays, non exploités faute de compétence disponible pour porter les projets.

La formation-développement, levier de la création de valeur ; la formation dans et par l’action, levier de l’employabilité
La formation en entreprise est le vecteur principal de l’acquisition de compétences. En effet, pour l’essentiel les compétences professionnelles ne peuvent s’acquérir que par l’expérience acquise en situation de travail.
Derrière ce constat, on retrouve les idées de formation action et de formation au service d’un projet de développement, la “formation dans l’action”, où la pédagogie se construit à partir du vécu en situation professionnelle. L’action porte en elle-même le processus de formation, faire pour apprendre, faire c’est apprendre.
La création de valeur est certes liée au financement et aux investissements en technologie, mais le facteur dominant, voire clivant, dans le cadre d’une petite organisation est l’investissement dans les hommes. À côté des savoir-faire liés aux métiers, à l’exécution des tâches de production, de commercialisation ou de gestion, l’enjeu est également de construire les compétences pour entreprendre et de renforcer l’encadrement, souvent insuffisant dans les PME-TPE.
ARDAN est un puissant levier d’insertion et de sécurisation des parcours professionnels. Il renforce l’employabilité – on pourrait dire « l’entrepreneuriabilité » –, du demandeur d’emploi par l’obtention de certifications reconnues. Le pilote du projet d’activité nouvelle, en formation-développement durant six mois, bénéficie de la préparation à une certification intégrée au dispositif ARDAN, visant à construire les compétences essentielles au pilotage stratégique et opérationnel d’une petite organisation. Le stage est ainsi sanctionné par un diplôme ou un titre, à cet égard le titre Entrepreneur de petite entreprise – TEPE – porté par le Cnam est particulièrement adapté.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :
Facebook
Twitter
LinkedIn